Héloïse, mon voyage utile en Islande

image001

Par Héloïse

WORLD QOA

Islande appelée aussi « Terre de Glace » ou « l’Ile de l’Océan Atlantique », reçoit chaque année plus de quatre fois son nombre d’habitants en touristes. Les sites naturels doivent être protégés de l’afflux touristique. Une des solutions pour préserver cette richesse environnementale est de développer une nouvelle économie touristique responsable. Héloïse partage avec vous, #qoacommunauté son expérience en Islande, elle voyage utile pour une mission d’un mois en gestion de l’environnement à Eskifjorður.

J’avais fini mes études en gestion de l’environnement et cherchais du travail depuis quelques mois, lorsqu’un ami m’a parlé d’éco- volontariat. J’avais envie de partir à l’étranger depuis longtemps, apprendre à connaître un pays de l’intérieur, perfectionner mon anglais, et acquérir de l’expérience dans mon domaine.C’était le compromis idéal.

 

QOA ISLANDEAprès quelques mois à économiser pour payer mon billet d’avion et organiser le voyage, me voilà partie, à Eskifjorður, en Islande, au sein de l’association WorldWide Friends, pour deux missions « Close to Nature » de 15 jours chacune. Après 3 h 30 d’avion et 12 heures de minibus, je reçois à mon arrivée un accueil très chaleureux.

 

Nous sommes hébergés dans une maison que d’autres volontaires rénovent. L’ambiance est très conviviale. Durant un mois, je rencontre des personnes exceptionnelles, ouvertes d’esprit, souriantes, heureuses de partager leurs expériences et leurs cultures. Toutes les nationalités se croisent dans cette maison du bonheur : française, belge, italienne, suisse, coréenne, singapourienne, anglaise, mexicaine, indienne, serbe, russe, allemande et bien sûr islandaise. Humainement parlant, cette expérience est la meilleure que j’aie vécue et il me tarde de vivre la prochaine.

 

image005Pour notre mission, nous sommes 4 ou 5 pour sensibiliser à la gestion des déchets, nettoyer les côtes islandaises et entretenir les espaces verts, accompagnés d’un ou deux encadrants en contact avec les locaux. Apprendre à travailler en groupe, dans des conditions climatiques parfois particulières (vent, température entre -15 et 5 °C, neige ou pluie) mais surtout avec des méthodes de fonctionnement différentes selon les origines de chacun, est très enrichissant. S’employer à la gestion de l’environnement dans un cadre comme celui de l’Islande, où chaque paysage est différent du précédent mais tout aussi magnifi que, où en regardant l’océan on peut voir des baleines, où s’endormir sous les aurores boréales est monnaie courante, est un privilège et une expérience extraordinaire.

 

 

Nous participons aussi aux travaux de rénovation de la maison quand le temps ne nous permet pas de travailler en extérieur. Tout au long de mon voyage, je me suis sentie utile, intégrée à un groupe, à un mouvement et à un état d’esprit. Avant mon départ, je trouvais le « on revient changé » un peu cliché mais je me trompais. On en revient réellement changé, avec une autre philosophie de vie et l’envie de repartir à la première occasion.

 

 

Cette expérience m’a permis de voir des paysages magnifiques, de visiter des endroits dans lesquels je ne pensais pas aller un jour, d’observer des baleines et des aurores boréales, de rencontrer des personnes fabuleuses, d’en apprendre plus sur les écosystèmes, l’environnement et la façon de le gérer ailleurs dans le monde et également sur une culture islandaise hors du commun. C’était tout simplement sensationnel !

 

 

 

northern-lights-1250561_1280

Vous souhaitez illustrer vos propos ? N'hésitez pas à nous envoyer vos photos dans un dossier compressé. Elles seront visibles sur votre témoignage une fois publié.