Le wwoofing en Australie: « un de mes plus beaux souvenirs »

Par Jean-Baptiste Boisel

Capture-d’écran-2015-11-25-à-10.44.46-502x360

Quand je suis parti en Australie avec ma copine en octobre 2014, nous ne connaissions pas encore le Wwoofing. Arrivés sur Melbourne, notre but était de rapidement rejoindre Sydney pour trouver du travail et s’infiltrer dans la vie australienne. A Sydney nous nous sommes vite rendu compte que trouver du travail n’était pas simple et que nous n’avions pas envie d’évoluer dans une ville. Nous avons donc décidé de faire du woofing. Sur le site Gumtree, le “leboncoin” australien, nous avons trouvés une annonce sur Byron bay : Être nourri, logé et blanchi chez un habitant en contrepartie d’un travail hebdomadaire en fonction de ses besoins.

Après deux heures d’avion, nous avons été accueillis par Shanti qui nous attendait pieds nus à la sortie de l’aéroport. C’était le début de l’aventure australienne. Notre expérience du woofing chez Shanti a duré 1 mois. Nous nous occupions des chevaux, des animaux de la ferme, mais aussi du maintient de la maison. Nous dormions dans un bus aménagé à la “into The Wild ». Chaque matin notre réveil était soit les chevaux qui dormaient à coté de notre fenêtre, soit les paons et les autres animaux de basse-cour qui s’éveillaient aux aurores. Malgré tout le crottins ramassés et les taches ingrates, ce fut une expérience unique qui nous a permis de nous rapprocher des locaux de la ville de Byron bay. En plus de nous permettre d’améliorer notre Anglais et de nous familiariser rapidement avec l’accent Australien, ce passage chez la famille Coats a été l’occasion de tisser des liens uniques et intimes au sein d’un groupe assez atypique. Je me rappellerai toute ma vie de notre première soirée au coin du feu de camps gigantesque, avec les enfants la famille et les amis de Shanti. Nous faisions partie de ce groupe. Et c’est ça le wwoofing, c’est ce sentiment d’aider et de participer à la vie d’une famille pendant un instant. Ce sentiment de confiance qui s’instaure entre l’hôte et le woofer. Ce passage chez Shanti est un de mes plus beaux souvenirs de mon périple Australien.

Vous souhaitez illustrer vos propos ? N'hésitez pas à nous envoyer vos photos dans un dossier compressé. Elles seront visibles sur votre témoignage une fois publié.