Morgane globe-trotteuse de QOA débute la rentrée en aventure.

QOA MORGANE
morgane qoa 2

Pendant le mois d’août, Paula et Cécile globe-trotteuses de QOA effectuaient un voyage utile au Malawi. Actuellement, Morgane est la nouvelle globe-trotteuse de votre magazine préféré. Tous les vendredis à 18 heures, elle vous racontera un extrait de son aventure. Voici l’interview entre nos experts du voyage utile et Morgane, bon à savoir pour les futurs ambassadeurs ou globe-trotteurs de QOA, le commencement d’une aventure chez QOA est aussi simple que de répondre à quelques questions et d’avoir une bonne dose de motivation.

Rendez-vous la semaine prochaine, même jour et même heure pour le décryptage de la première semaine de Morgane en Afrique.

Combien de temps restez-vous sur place ?

 

En totalité, mon voyage en Afrique de l’Est va durer 3 mois.

Je vais réaliser 2 missions.

La première mission appelée « Projet de consolidation de la paix et résolution de conflits », qui se déroulera notamment à Magole en Tanzanie , à Migori-Kuria au Kenya et Kiboga District au Ouganda.

Puis ma deuxième mission est un « Projet Préservation de l’environnement », qui se réalisera en Macaneta Beach, Maputo et  Mozambique.

Entre les deux missions, j’ai 4 semaines pour parcourir 4000km en plusieurs étapes que je n’ai pas encore définies.

 

Quel matériel emportez-vous avec vous (appareil photo, caméra, etc…) ?

 

J’ai une caméra Go Pro que j’emporte, et j’hésite encore à emmener mon appareil photo Panasonic, car il prend des photos et vidéos de très bonne qualité mais ce n’est pas très pratique à transporter et je souhaite limiter au stricte minimum les objets de valeur pour voyager.

 

Que cherchez-vous dans ces missions de volontariat ?

 

Le contexte du volontariat me permet d’avoir un cadre sécurisant pour s’acclimater dans des pays qu’il n’est pas forcément aisé de découvrir en tant que voyageuse seule.  D’autre part j’ai énormément de choses à apprendre par le biais de ces missions : une meilleure compréhension des coutumes de la culture et de l’histoire d’un pays, développer certaines compétences grâce aux activités prévues, m’adapter à un environnement très différent. Le volontariat, c’est avant tout une multitude de rencontres et d’expériences enrichissantes…

 

Pourquoi avez-vous décidez de partir faire du volontariat ? Aviez-vous déjà réalisé du volontariat ?

 

Ayant déjà fait plusieurs longs voyages (Australie, Asie du Sud-Est, Canada, Alaska…), je souhaite avant tout donner un sens à ce voyage utile, avoir un impact positif en échange de toutes les expériences que m’apportent ces destinations. L’environnement et le maintien de la paix sont des sujets qui m’importent particulièrement, car l’un et l’autre sont indispensables pour la richesse des voyages. J’ai l’impression de contribuer à améliorer les endroits que je traverse plutôt que de les abimer, que ce soit en nettoyant les déchets de notre société de consommation, ou en apaisant les tensions et en encourageant le processus de paix dans des endroits encore marqués par de violents conflits. C’est au cours de mes précédents voyages que j’ai pu faire mes premiers pas en tant que bénévole. Lors de mon séjour au Cambodge, je donnais toutes les semaines des cours d’anglais dans un orphelinat à Siem Reap, puis à Montréal j’ai participé à quelques actions organisées par Greenpeace.

 

Partez-vous seule ou à plusieurs ?

 

Je pars seule, mais les deux chantiers sont ouverts à d’autres volontaires en provenance d’Europe.

 

Comment votre entourage perçoit-il ce projet ?

 

Ma famille et mes amis m’encouragent, malgré les inquiétudes liées à la destination. Cela dit je pense que la méconnaissance des pays que je vais parcourir contribue à leur inquiétude, et j’espère que mon voyage pourra encourager une meilleur connaissance et une meilleure compréhension de l’Afrique de l’Est.

 

Comment avez-vous financer votre séjour ?

 

Mon voyage est entièrement auto-financé, j’ai pu économiser suffisamment lors de mes emplois précédents pour couvrir la totalité de mes dépenses. Je n’exclue pas d’éventuelles participations extérieurs (bourses, sponsors…) mais je n’ai pas encore démarché les organismes ou entreprises susceptibles d’être intéressés.

 

Quel est l’objectif final de ce projet ?

 

Réaliser un road trip le plus éthique possible, en acquérant un maximum de compréhension et de connaissances des pays traversés. Je souhaiterais pouvoir partager cette expérience au mieux et au plus grand nombre, afin de sensibiliser les gens à des questions essentielles, de leur apporter un autre regard que celui des médias sur une partie du monde méconnue, d’encourager le plus de personnes possibles à s’impliquer pour des causes qui leurs importent, et de le faire avec enthousiasme, car c’est une expérience enrichissante et gratifiante.

Vous souhaitez illustrer vos propos ? N'hésitez pas à nous envoyer vos photos dans un dossier compressé. Elles seront visibles sur votre témoignage une fois publié.