Vers une 6ème extinction ?

Par Philippine Hattemberg

logo_uicn
iucn-red-list-logo-red

Cette année, une étude menée par de prestigieuses universités américaines, telles que Berkeley, Stanford, et Princeton et publiée dans le journal Science Advances, tire la sonnette d’alarme.

Les espèces animales disparaissent à une allure comparable à celle de la dernière extinction, qui signa la fin de la période des dinosaures, il y à 66 millions d’années.

Selon une autre étude menée par WWF, une espèce sur 3 est menacée. Le rapport Living Planet observe que depuis 1970, on note une disparition de 50% des espèces sauvages. Pour quantifier la disparition il faut observer et compter les animaux. C’est l’une des missions de l’UICN.

La liste rouge

Union International pour la conservation de la nature, à travers sa Liste rouge, dresse un état des lieux de la conservation global des espèces végétales et animales. C’est un outil de référence pour connaître et pour suivre l’évolution des espèces et leur niveau de menace.

Les animaux sont classés dans 9 catégories : éteinte, éteinte à l’état sauvage, en danger critique, vulnérable, quasi menacée, préoccupation mineure, données insuffisantes, non évaluée.

En 2015, sur 77 340 animaux espèces animales et végétales étudiées, 22 784 ont été cataloguées comme menacées. Sur ce nombre, 41% d’amphibiens, 13% d’oiseaux, 25% de mammifères, 31% de requins et raies.

Cela représente 1 mammifère sur 4, 1 oiseau sur 8 et 1 amphibien sur 3.

Pour mener à bien cette étude les critères choisis sont la taille de la population, le taux de déclin, l’aire de répartition géographique, le degré de peuplement et la fragmentation de la répartition.

Dans le monde entier le constat est le même, le principal facteur du déclin des espèces est l’homme.

Dégradation du milieu naturel, surexploitation, introduction d’espèces envahissantes, pollution, changement climatique, tout est marqué de l’empreinte humaine.

iucn-design-600

Le cas de la France

Souvent, on pense qu’il n’y a que les lions d’Afrique ou les éléphants d’Asie qui sont en danger. Mais sur le territoire français nous avons quelques 983 types d’espèces mondialement menacées. La France se classe dans le top10 des pays regroupant le plus grand nombre d’espèces menacées.

Nos paysages très divers abritent une forte biodiversité.

La tortue imbriquée, le pétrel noir de Bourbon ou encore le monarque de Tahiti présents dans les eaux de la Polynésie française et des Caraïbes, sont en danger critique. La raie manta géante qui vit dans la même zone est classée comme vulnérable.

Tortue-imbriquée-espèces Tahiti monarch Pomarea nigra

 

En Guyane, la loutre géante, le singe araignée noir, ou l’albatros d’Amsterdam sont eux aussi en danger.

En France métropolitaine 215 espèces sont présentes sur la liste rouge : l’esturgeon est en danger critique, le vautour percnoptère, la cordulie splendide (libellule) ou encore le cachalot sont dits « vulnérables ».

Si des mesures ne sont pas prises, nous allons droit vers une extinction. Des efforts locaux et mondiaux, sur terre et sur mer doivent être pris afin de préserver l’habitat des animaux, diminuer la pollution et réduire la surexploitation des réserves.

A la fin de son rapport, Marco Lambertini, directeur général WWF international, apporte une touche d’espoir. Selon lui nous n’avons jamais été aussi au courant des problèmes et en phase de trouver des solutions. La société civile et le secteur privé s’engagent et se mobilisent simultanément pour la première fois.

De nombreuses missions de préserve de la faune sont proposées à travers le monde. N’hésitez plus, engagez-vous, pour la sauvegarde des animaux.

Newsletter - Inscrivez-vous !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à la newsletter de QOA Magazine et restez informés de l’actualité solidaire, associative et du voyage utile par email.