Décryptage de la notion de "VOYAGE UTILE"

Le voyage utile peut prendre plusieurs formes, que ce soit via de l’éco-volontariat, du wwoofing, des congés solidaires, des stages linguistiques ou des chantiers natures. N’importe qui peut s’investir et partager une expérience unique. Ce type de voyage est intergénérationnel et grand public car il existe des missions pour tous les âges, et certaines ne demandent aucune compétence spécifique.

97 500 voyageurs sont partis dans le cadre du voyage utile au cours des 10 dernières années.

1 voyageur sur 6 renouvelle l’expérience.

8% en famille, 12% via une école, 18% via leur entreprise, 66% en individuel !

DÉFINITION DES DIFFÉRENTES FORMES DE VOYAGE UTILE :

L’éco-volontariat se caractérise par une aide volontaire et responsable à des organisations locales de protection de la nature, l’éco-volontaire aide concrètement sur le terrain un chantier de conservation ou un programme de préservation de la nature, des animaux et de la biodiversité.
Généralement, les organisations d’accueil font appel à des éco-volontaires car elles manquent de moyens et ont besoin d’un soutien d’effectifs supplémentaires, voire d’aide financière.
Toujours encadré par une équipe de professionnels, en tant qu’éco-volontaire vous participerez aux travaux quotidiens de votre lieu d’accueil. Ainsi on peut demander aux volontaires de :

  • suivre et étudier des animaux
  • réaliser des soins quotidiens
  • transmettre à la population locale des enjeux de la préservation de l’environnement
  • explorer et recenser les milieux sauvages

Une multitude d’actions est possible, en effet l’éco-volontariat n’exige généralement pas de compétences spécifiques, l’éco-volontaire est là pour offrir de son temps, de son savoir, de sa motivation, de son énergie sans recevoir en contrepartie de rémunération.

Dans le cadre de son séjour, l’éco-volontaire doit verser une contribution financière pour effectuer sa mission, celle-ci est utilisée par l’organisation d’accueil pour subvenir aux frais engendrés par votre présence ainsi que pour garantir le fonctionnement sur place. La durée des missions d’éco-volontariat peut aller de quelques jours à plusieurs mois.

Le Wwoof ou woofing est un réseau mondial de fermes bio qui nous vient d’Angleterre. Celui-ci consiste à mettre en relation des hôtes et des volontaires pour partager leurs connaissances, leur-savoir faire et leur quotidien autour d’activités diverses.
Ces fermes commerciales ou non lucratives qui accueillent des volontaires appelés Wwoofers donnent des occasions d’apprendre, de partager une culture en échange d’une assistance sur les activités et disciplines agricoles. Les wwoofers ne reçoivent aucune forme de paiement ni d’aide financière mais les hôtes peuvent offrir la nourriture et l’hébergement. Les hôtes s’engagent à offrir un accueil chaleureux et amical et partager leur expérience et leurs connaissances dans des méthodes d’agriculture ou d’élevage biologique. Généralement les volontaires du Wwoof sont des jeunes et des étudiants aux ressources limitées qui cherchent un moyen alternatif de découvrir un nouveau pays et une nouvelle culture.

Pour profiter du réseau du Wwoof, les hôtes et les wwoofers doivent s’inscrire sur les plateformes adaptées et participer à une cotisation annuelle. Ces organisations maintiennent un rôle de superviseurs et sont capables de jouer les médiateurs s’il arrive le moindre problème.

Le chantier nature se définit par un travail généralement réalisé en équipe de restauration ou de renaturation d’un lieu ciblé.
Organisé et planifié par le gestionnaire du milieu, le chantier se déroule en plusieurs étapes et sur une période variable. Le volontaire peut intervenir sur l’une des étapes ou sur le projet global en fonction de la durée de son séjour.
Ces chantiers concernent le plus souvent des parcs ou réserves naturelles dans le cadre d’institutions responsables de la protection de l’environnement. Il peut aussi s’agir d’associations spécialisées qui agissent dans des milieux jugés patrimoniaux.
Les travaux donnés demandent une bonne condition physique, en effet on peut vous demander de participer à des tâches telles que le défrichement, la plantation, la pose de clôture, la création de chemins ou structures d’accueil pédagogique insérés dans l’environnement, etc.
Ces chantiers très encadrés permettent d’être au plus près des populations locales et de comprendre les enjeux liés au respect de l’environnement et à la bonne pratique de l’urbanisation.

Le congé de solidarité ou congé solidaire (marque déposée par l’association Planète Urgence), est une mission très courte de solidarité qui s’effectue à l’étranger. Celui-ci permet à un employé d’effectuer un séjour volontaire dans le cadre de ses congés. La mission peut être financée par l’employeur ou par des dons personnels mais celle-ci ne peut excéder 6 mois.

Dans le cadre d’un partenariat entre une entreprise dit du « Nord », une dit du « Sud » et d’un organisme d’envoi, le principe de ces missions est d’aider au développement en mobilisant les compétences des salariés volontaires. Les missions doivent impérativement être liées à un renforcement de compétences du personnel local.

En moyenne, les salariés volontaires partent 2 semaines et demi. Parmi eux, les métiers les plus représentés sont ceux de comptable, informaticien, webmaster, professionnel en communication, en marketing, en ressources humaines.

Newsletter - Inscrivez-vous !

Suivez nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à la newsletter de QOA Magazine et restez informés de l’actualité solidaire, associative et du voyage utile par email.